Ec{c}entric Pendulum
progressive death - Bangalore, Inde

Vibhas, batteur du groupe, a réuni les réponses des différents membres du groupe pour nous.

Pouvez-vous présenter le groupe et ses différents membres à nos lecteurs ?
Vibhas : Salut ! Le groupe est composé de Vibhas à la batterie, Arun à la basse, Nikhil au chant et Arjun à la guitare.

Comment s'est passé votre rencontre et qu'est-ce qui vous a donné envie de créer le groupe ?
Vibhas : On se connaissait tous en tant que membres de différentes formations, on a discuté un peu, on s'est choisi une date pour faire des essais, réaliser quelque chose qu'on ne faisait pas forcément avant. On faisait tous partie de groupes de metal, mais on voulait s'essayer à autre chose. On avait tous quelque chose en tête pour débuter, un riff, un beat. Une semaine plus tard, on se demandait qui pouvait bien nous rejoindre au chant, on a passé quelques coups de fil, puis Eccentric Pendulum était enfin au grand complet pour un concert prévu fin 2008. Plusieurs semaines d'intenses préparations s'ensuivirent, 3-4 morceaux furent composés, le groupe venait de naître !

Quelle est la signification derrière "Ec{c}entric Pendulum" ? Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?
Vibhas : L'"Eccentric Pendulum" est une pendule qui oscille de manière non conforme, elle ne suit pas les normes établies et ne respecte pas vraiment ce qu'elle est censée faire. Nous avons essayé de retranscrire cela dans nos compositions.

On peut dire que vous jouez une façon de metal progressif death/thrash, mais vous, comment décririez-vous votre musique ?
Vibhas : On nous a dans le passé collé des étiquettes telles que "death/thrash/old-school/doom" (haha). On laisse les gens interpréter notre musique comme ils le souhaitent. Bien qu'on aime se qualifier de groupe "progressive post-death/thrash". Avec beaucoup d'éléments venus de styles différents incorporés à nos compositions, il est difficile d'être catégorique sur notre genre.

Premier groupe indien à jouer au Wacken ! Donnez-nous des détails, comment c'était ?
Vibhas : C'était dément ! L'excitation d'un tel événement nous a permis de mouiller nos slips. Voir plus d'un lakh (cent mille) de personnes réuni pour la même raison était monstrueux. C'était à l'aise notre meilleur concert, en terme de management, son, organisation… Le niveau était élevé !

Cela vous a pris deux années avant de sortir votre premier album. Parlez-nous un peu de Winding the Optics, quelle est son histoire ?
Vibhas : Alors, les compos ont été écrites entre 2008 et 2010. La batterie a été enregistrée au Clementine Studios à Chennai, le chant, les guitares et la basse ont été eux enregistrés au studio de Shreyas Skandan (de Limit Zero). Quand on a envoyé tout ça à Daniel, qui allait mixer et masteriser le projet, il n'était pas vraiment content de la manière dont nous avions enregistré, il nous a donné ses directives et on a dû tout ré-enregistrer (sauf la batterie) au studio d'Ankit Suryakanth (de Theorized). Les guitares ont été enregistrées sur quatre pistes. Le chant a été quant à lui enregistré au Resonance Studios à Bangalore. C'était vraiment fastidieux, et le manque de moyens nous a fait repousser la sortie de l'album. Mais ça valait vraiment le coup, la réaction du public a été vraiment positive.

Vous jouez une musique très progressive et technique, quelles sont vos influences ?
Vibhas : Chaque membre du groupe possède des goûts très variés, mais on se retrouve tous dans le metal. Les groupes qui nous ont influencé sont : Nevermore, Textures, Cynic, Tool, Indukti, Opeth, Death, Meshuggah, Soilwork, etc.

Quels sont les thèmes récurrents dans vos compositions ? Quelles émotions souhaitez-vous véhiculer ?
Vibhas : Dans le premier album, il est question du genre humain, de ses faiblesses, ses quelques forces. Un mélange des aspects positifs et négatifs de l'Homme et son environnement. Je pense que les nouveaux morceaux feront la part belle à des thèmes plus abstraits voire scientifique, ainsi que d'autres choses qui inspirent l'esprit, autant matérielles qu'immatérielles.

Racontez-nous donc votre meilleur et pire souvenir depuis que vous avez lancé le groupe !
Vibhas : Meilleurs souvenirs : Nous avons fait un très beau voyage jusqu'ici. Remporter le Wacken Metal Battle India et pouvoir jouer au Wacken Open Air en 2011 a été le clou du spectacle ! Il y a également eu nos deux inoubliables "tournées" européennes :D ! Puis le grand soulagement le jour où nous avons fait parvenir l'album finalisé (Winding the Optics) pour duplication et impression. Et bien sûr, partager la scène avec nos plus grosses influences telles que Meshuggah, Opeth ou Textures !

Pires souvenirs : Perdre notre guitariste qui s'est envolé pour ses études, ainsi que les premières scènes où nous avons dû faire face à du mauvais matériel (voire carrément pas de matos du tout).

Parlez-nous un peu de la scène metal à Bangalore.
Vibhas : Eh bien, l'Inde en elle-même a toujours été la terre de centaines de groupes, mais il y a un sérieux manque de salles. Et puis avec la récente division dans la scène metal (qui fout vraiment la merde), avec des gens qui choisissent entre "new-school" et "old-school", les choses sont devenues un brin immatures et biaisées. Les salles les plus importantes ont récemment fermées leurs portes dû au manque d'investissements, du mauvais management, etc. Ajoutez à cela la mise en place par le gouvernement de l'interdiction d'organiser des concerts dans les lieux où l'on sert de l'alcool… (à Bangalore en tout cas). Ça a également affecté tous les festivals en plein air, surtout Palace Grounds (l'un des hauts lieux des concerts indiens) qui a été lésé de ce côté-ci. Du coup, les concerts se font de plus en plus en périphérie de la ville et de moins en moins de personnes se déplacent. Mais la scène va mûrir et les gens vont se rendre compte qu'il y a un grand besoin de concerts pour promouvoir l'abondance de personnes talentueuses que nous avons en Inde.

Voilà quelques années maintenant que nous voyons débarquer des groupes indiens en Europe pour des festivals ou juste quelques concerts (je pense à Scribe et Demonic Resurrection au Inferno Fest., Zygnema en Allemagne et vous au Wacken !). Vous pensez que de plus en plus de groupes vont venir dans le futur ? Que diriez-vous aux agences de booking pour qu'ils sélectionnent plus de groupes indiens ?
Vibhas : On ne peut qu'espérer voir dans le futur de plus en plus de groupes faire des tournées en Europe. Le metal en Inde est plutôt underground, mais certains groupes sont vraiment surprenants. Leur talent, leurs compétences sont incroyables, et c'est comme ça depuis plus d'une décennie maintenant. On ne peut pas vraiment convaincre des agences de booking de choisir plus de groupes indiens, mais ça serait vraiment génial. Le metal indien a besoin d'être exposé au grand jour et n'est pas aussi médiocre comme certaines personnes pourraient le croire au premier abord lorsqu'ils entendent parler de la montée du metal en Inde.

Comment voyez-vous le futur de la scène rock/metal indépendante indienne ?
Vibhas : Ça serait génial si des labels pouvaient venir en Inde pour sélectionner quelques groupes et les aider à distribuer leurs albums à travers le globe. On a vraiment un gros problème de distribution en Inde. Avec la récente ouverture de sites comme Hysteria Online et Flipkart qui offrent le paiement à la livraison n'importe où dans le pays, ça nous a vachement simplifié la vie. Enfin, si les CD étaient tous vendus à l'international, cela boosterait les fanbases des groupes et les choses seront bien plus simples en matière de tournées, enregistrements, etc.

Qu'avez-vous à dire pour que les gens achètent votre album ?
Vibhas : Aucun des morceaux ne se ressemblent, alors si vous cherchez un peu de variété dans votre musique, achetez l'album !

Le mot de la fin pour vos (futurs) fans européens ?
Vibhas : Ecoutez toutes sortes de musiques et gardez l'esprit ouvert. C'est tripant. Cheers.

Juillet 2012

> Retour au profil